Startups

ISKN : la start-up qui augmente la valeur digitale des objets

Admin
Écrit par Admin

La start-up grenobloise ISKN compte révolutionner les objets connectés grâce à sa technologie de « valeur augmentée ». Mais qu’est-ce que la « valeur augmentée » ? Petit retour dans l’histoire de la jeune pousse.

ISKN a été fondée en 2011 par Jean-Luc Vallejo et ses deux associés, Timothée Jobert et Tristan Hautson. Ayant constaté que l’interaction avec le monde numérique était relativement limitée, les entrepreneurs ont décidé de se lancer dans un projet : celui de fusionner le monde physique avec le monde digital. L’objectif est de permettre à tous les
objets du quotidien de pouvoir agir numériquement.

Pour développer tout cela, la start-up utilise la magnétométrie. C’est une technologie qui consiste en une matrice de capteurs intelligents, qui est capable de localiser très précisément les déplacements d’un aimant dans l’espace.

Dans un premier temps, les trois entrepreneurs se sont lancés dans le domaine des arts graphiques et de l’écriture avec un produit du nom de « Slate », une surface intelligence permettant d’écrire et de dessiner grâce à une bague aimantée que l’on peut insérer sur n’importe quel stylo. Cela « permet de conserver l’émotion et les sensations du papiercrayon tout en profitant, grâce à la numérisation en temps réel du dessin, de la richesse des services digitaux associés (post-traitement, retouche…) », explique Jean-Luc Vallejo.

Les fondateurs de la start-up sont passés par une plateforme de crowdfunding pour financer les premiers projets de l’entreprise. Ils ont pu lever 1,5 millions d’euros en 2014, après plusieurs années de tentatives pour convaincre le public de la fiabilité et de la
pertinence de leurs produits. De plus, ISKN a levé cette année 10,5 millions d’euros auprès de CM-CIC Innovation, une société de financement en accord avec les convictions de la start-up et prête à l’accompagner dans toutes les étapes de son projet. « CM-CIC
Innovation connaît très bien notre écosystème et a pu nous mettre en relation avec des acteurs très complémentaires pour notre activité », ajoute Jean-Luc Vallejo.

L’année prochaine, ISKN compte donc mettre au point un nouveau produit, dans le domaine du divertissement et de l’apprentissage cette fois-ci. Disposant de nombreux brevets, la start-up étudie diverses applications pouvant s’adresser à différentes industries.
Le fondateur de ISKN ajoute d’ailleurs que les aptitudes technologiques dont elle dispose « sont autant de relais de croissance et de diversification pour ISKN. »

La start-up entend bien s’étendre à l’international, bien qu’elle soit déja présente aux Etats-Unis et en Chine. Souhaitant innover, elle a choisi de se positionner sur une application B to C. En effet, elle a obtenu le soutien d’un des grands noms du jeu vidéo après avoir démontré la fiabilité et les performances de sa technologie. Ses fondateurs travaillent également sur un projet d’applications B to B sous forme de licences.

Laisser un commentaire