Finance Startups

Agricool : une levée de fonds de 25 millions d’euros pour se développer dans les grandes villes

Admin
Écrit par Admin

Le mois dernier, la start-up productrice de fraises, Agricool, a annoncé avoir levé 25 millions d’euros dans le but de développer son système de containers dans les plus grandes villes du monde. Grâce à son partenariat avec l’entreprise française Monoprix, la jeune start-up francilienne compte bien industrialiser l’agriculture urbaine, notamment à Paris et à Dubaï.

Son système de containers lui permet de produire des fraises de qualité, sans pesticides, sans terre, en favorisant l’économie de l’eau, et ce, toute l’année. Les créateurs d’Agricool, Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru, expliquent que la mise en place de containers en ville permettrait de « nourrir la planète avec des fruits et des légumes qui ont du goût, cultivés sans pesticides et produits localement ». Fourdinier justifie la mise en place d’une telle technologie : « J’en avais assez d’acheter en ville des fruits et légumes sans goût, pleins de pesticides, très loin de la qualité de ceux qu’on consomme dans la campagne ou que mangeaient nos grand-parents ». C’est donc pour contrer la mauvaise qualité des fruits et légumes – dues à la distance entre le producteur et le consommateur – et pour révolutionner les systèmes de production que la start-up a été bâtie.

Créée en 2015, Agricool a donc décidé d’installer des containers de 35 m² facilement entreposables, même en ville. À l’intérieur, les fondateurs décident d’y faire pousser des milliers de plants de fraises grâce à des lampes LED, qu’ils ont eux-mêmes mises au point. Grâce à ce système, plus besoin d’utiliser de terre, et de ce fait, très peu d’eau est nécessaire. « On consomme 99 % moins d’eau que n’importe quel producteur de fraises », déclare Fourdinier. De ce fait, la production se fait de façon économique, en circuit court puisque les fraises peuvent
être vendues à seulement quelques kilomètres, et permet de consommer des produits de meilleure qualité nutritionnelle : « Cela fait toute la différence au niveau du goût, on se rapproche du produit que l’on cueille soi-même à la campagne », ajoutent les fondateurs d’Agricool.

Pour mettre tout cela en place, la jeune pousse francilienne a tout d’abord effectué un tour de seed de plusieurs centaines de milliers d’euros auprès de The Family et Kima Ventures. Voyant que, malgré la bonne qualité des fruits, la quantité était faible, la start-up décide d’effectuer une levée de fonds de 4 millions d’euros l’année suivante, auprès de Henry Seydoux, Daphni et Jean-Daniel Guyot. En 2017, c’est une levée de 8 millions d’euros avec des investissements de la part des entrepreneurs français Thibaut Elzière et Jacques-Antoine Granjon. Aujourd’hui, il s’agit donc d’une troisième levée de fonds auprès de ses précédents investisseurs ainsi que de Large Ventures (Bpifrance), Danone Manifesto Ventures, Antoine Arnault via Marbeuf Capital ou encore Solomon Hykes.

Agricool propose actuellement ses fruits à la vente au sein de deux magasins Monoprix à Paris pour la somme de 4,50 € les 250 grammes. Cinq containers installés dans la capitale française et un sixième container a été installé à Dubaï. En tout, ces six containers produisent sept tonnes de fraises chaque année. Cette toute dernière levée de fonds permettrait donc à la start-up de développer sa production en containers dans d’autres grandes villes du monde. Pour se faire, les fondateurs d’Agricool comptent employer 200 personnes en CDI dans les trois prochaines années.

Avec la participation de grands investisseurs à long terme, Fourdinier et Gru comptent effectuer d’autres levées de fonds par la suite, avec pour objectif de produire toutes sortes de fruits et légumes et d’intégrer leur système de production dans le monde entier.

A propos de l'auteur

Admin

Admin

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

Laisser un commentaire